À propos de cette collection

LE RESEAU EROSION DE L’ORSTOM PUIS DE L’IRD :

UN ENGAGEMENT SCIENTIFQUE DE 20 ANS POUR LA GESTION CONSERVATOIRE DE L’EAU ET DES SOLS

 

 

LE RESEAU EROSION

En 1983, Eric ROOSE créait le Réseau Erosion. Il sera par la suite épaulé par quelques chercheurs passionnés comme lui dont Georges De NONI qui sera le plus assidu à ses côtés. Rapidement, le Réseau s’est donné une structure souple et efficace en trois cercles :
. le noyau interdisciplinaire des animateurs de l’IRD-ORSTOM à Montpellier,
. le cercle des représentants des 11 instituts français concernés par l’érosion,
. et enfin le cercle des correspondants étrangers.

Dès 1990, le Réseau Erosion a cherché à régionaliser son action pour mieux responsabiliser ses membres dans les pays où les participants sont nombreux.
D’où la création des Réseaux GCES des Grands Lacs (Burundi, Rwanda et Zaïre) en 1990, du GRES au Cameroun en 1995, du GCES au Mali et au Maroc en 1999.

Les 23 bulletins numérisés qui constituent cette collection récapitulent le parcours et les apports des membres du Réseau sur plus de 20 ans (1982-2004). Il s’agit d’une formidable masse de documents très utiles pour les enseignants, les chercheurs et les valorisateurs tant du Nord que du Sud.
Cette collection, unique dans son genre, véritable mine d’informations originales, n’aurait vu le jour sans la contribution de Pier Luigi ROSSI, ingénieur, responsable des projets de numérisation de l’IRD et de ceux avec les partenaires.

L’ORIGINE DU RESEAU EROSION

Depuis des millénaires, l’homme s’est acharné à lutter contre les phénomènes érosifs, avec des résultats très mitigés. Suite à des crises économiques et environnementales, une série de stratégies modernes de petits équipements d’hydraulique a été développée en milieu rural : Restauration des Terrains de Montagne (RTM), Conservation de l’Eau et des Sols (CES) dans les plaines américaines et Défense et Restauration des Sols (DRS) dans le bassin méditerranéen. Il s’agissait essentiellement de méthodes mécaniques imposées par l’administration sans concertation avec le milieu paysan, sans vraiment étudier l’efficacité, la rentabilité et l’acceptabilité de celles-ci par les populations.
Face aux échecs répétés, est apparue une nouvelle démarche en 1987 à l’atelier de Porto – « la Gestion Conservatoire de l’Eau et de la fertilité des Sols » (GCES ou Land husbandry des anglophones) qui propose d’intensifier la production tout en protégeant le sol, la biodiversité et la qualité des eaux. Il était temps de passer de l’étude et de la cartographie des processus d'érosion et de dégradation des sols à l’étude des techniques aptes à augmenter les rendements tout en améliorant la gestion de l’eau, des sols, des nutriments et de la matière organique. E. ROOSE a forgé son expérience dans ce contexte, se faisant le porteur de la GCES auprès des communautés francophones et utilisant le Réseau EROSION comme un levier pour diffuser « la bonne parole » au plus grand nombre des acteurs concernés par ce fléau.

 

THEMES DE RECHERCHE ET OBJECTIFS

Les thèmes de prédilection du Réseau qu’on retrouve dans les 23 bulletins de cette collection sont les suivants :
- aspects de méthodologie : diagnostic rapide et définition d’indicateurs pertinents par des techniques de spatialisation des données et indicateurs de suivi-évaluation des projets d’aménagement ;
- aspects socio-économiques de l'érosion et de la GCES  : coûts de l’érosion, perception par les intéressés et acceptabilité des techniques de la lutte antiérosive (pertes de fertilité, dégâts aval, pertes de rendements, main-d’œuvre, matériaux, entretien) ;
- amélioration des stratégies traditionnelles et modernes de GCES ;
- restauration de la productivité des sols et de la biodiversité ;
- conservation des eaux et de leurs qualités.
 

Les principaux objectifs atteints ont été :
- Aider au désenclavement des chercheurs, des laboratoires et des équipes de recherche isolées, en accélérant la diffusion et rendant plus accessible aux francophones l’information sur l'érosion et la GCES. Cet effort de désenclavement s’est adressé en premier lieu aux chercheurs des pays francophones puis a permis des échanges entre chercheurs et développeurs dans le domaine de la GCES.
- Diffuser les résultats originaux des membres du réseau au travers de moyens d’audience internationale et des technologies modernes, en servant de catalyseur pour la publication d’articles ou de synthèses dans le domaine de la GCES.
- Associer des équipes de recherche, de formation et de développement intéressées par les multiples facettes de l'érosion et de la GCES et favoriser des partenariats.
- Servir de pool d’expert dans le domaine de la formation en matière de GCES et d’évaluation des projets de lutte antiérosive.
- Servir d’interface avec d’autres réseaux internationaux œuvrant dans le même domaine.

Eric ROOSE - Georges DE NONI - Pier Luigi ROSSI

Comment trouver les informations qui vous intéressent dans la collection bre

Il y a 5 façons de trouver des informations dans cette collection:

  • rechercher des mots particuliers qui figurent dans le texte en cliquant sur le bouton Rechercher
  • parcourir les documents par Titre en cliquant sur le bouton Titres
  • parcourir les documents par Auteurs en cliquant sur le bouton Auteurs
  • parcourir les documents par Numeros en cliquant sur le bouton Numeros
  • parcourir les documents par Dates en cliquant sur le bouton Dates